Toute personne professionnellement impliquée dans la traduction est consciente de la quantité de matériel de référence qui existe et qui doit être conservé à portée de main afin de respecter les règles de style. Par conséquent, chaque décision que nous prenons doit être fondée sur une source fiable et faisant autorité afin de fournir une explication valable et raisonnable à notre client.

[Il s’agit d’une traduction automatique, et non d’une traduction professionnelle]

Il est conseillé au traducteur professionnel d’établir son propre guide de style afin que tous les documents puissent être traités du même point de vue, indépendamment des décisions de traduction que nous prenons dans certaines circonstances. Cela dit, voici quelques règles de base et fondamentales à respecter pour obtenir une cohérence et une uniformité du texte et, par conséquent, un service de traduction de qualité.

  • Pour la traduction selon les règles de ponctuation espagnoles, nous pouvons consulter http://lema.rae.es/dpd/srv/search?id=qXGSxldBKD6hqrTMMo. Un aspect très important de la traduction est de mettre un terme à tout, SAUF les titres.
  • Bien que nous pensions savoir comment utiliser les majuscules, nous ne connaissons probablement pas tous les cas dans lesquels elles doivent être utilisées, et c’est pourquoi nous pouvons accéder à http://buscon.rae.es/dpd/srv/search?id=BapzSnotjD6n0vZiTp pour une explication plus détaillée.
  • Pour beaucoup, le sujet des mots en gras, en italique, soulignés est assez déroutant… Dans ce cas, si nous accédons au Dictionnaire panhispanique des doutes, nous obtiendrons toutes les informations dont nous avons besoin. http://www.rae.es/ayuda/diccionario-panhispanico-de-dudas
  • Une fois la traduction terminée, il est essentiel d’éliminer les doubles espaces afin que le texte soit uniforme et rédigé de manière formelle. Pour ce faire, appuyez sur la touche contrôle + L et remplacez deux espaces par un. Vraiment facile.
  • Nous pouvons également rencontrer plusieurs difficultés dans la traduction des acronymes et des abréviations, aussi en consultant https://www.fundeu.es/recomendacion/siglas-y-acronimos-claves-de-redaccion/ nous résoudrons tous nos doutes et obtiendrons une traduction totalement correcte.
  • Malgré les différentes stratégies de traduction qui nous sont enseignées dans le cadre de notre formation, il faut souligner que l’omission d’informations a un impact négatif sur le client et/ou le lecteur. C’est pourquoi il est important de ne pas omettre ces informations afin que des détails importants ne soient pas perdus en cours de route.
  • Indispensable : s’il s’agit d’un texte dans lequel figurent des unités de mesure, vous devez modifier ces unités et les remplacer par leur équivalent dans la langue cible. Dans cette section, il est important de se rappeler que vous devez écrire “pouces” au lieu de mettre des guillemets. Pour le reste des produits, les pouces et les cm doivent être écrits entre parenthèses, mais en dehors des parenthèses, notre unité doit être laissée.
  • Les chiffres sont l’un des éléments les plus déroutants de la traduction. Ont-ils un point, une virgule, des lettres ? Pour savoir exactement ce qu’il faut faire dans chaque cas, nous pouvons aller sur http://buscon.rae.es/dpd/srv/search?id=QHaq7I8KrD6FQAyXTS.
  • D’autre part, les symboles alphabétiques sont vraiment importants et il est logique que nous ne les connaissions pas tous. Grâce à la liste suivante, http://www.rae.es/diccionario-panhispanico-de-dudas/apendices/simbolos-alfabetizables, nous les aurons à portée de main et pourrons les consulter à chaque fois que nous en aurons besoin.
  • Bien que ce soit la première chose qu’on nous enseigne à l’université et dans tout autre domaine d’enseignement lié au domaine de la traduction, nous, les traducteurs, sommes des interprètes : nous devons interpréter l’intention de l’auteur du TO, ainsi que donner un style qui nous est propre et rendre le texte naturel pour l’adapter à notre public. Pour ce faire, il est important de s’éloigner de l’original et de l’écrire de façon “espagnole”. De cette manière, le public cible se sentira plus à l’aise et s’identifiera au texte.

 

En bref, c’est une grave erreur de penser que le simple fait d’être natifs d’Espagne nous permet d’être des traducteurs de qualité. C’est une chose de savoir parler notre langue et une autre de traduire correctement et de TOUJOURS respecter les règles imposées par les professionnels de ce domaine. Si nous suivons ces règles, nous parviendrons à éliminer les erreurs graves et à offrir qualité et cohérence.

Leave a comment

Call Now Button
×